ISOLA DEL LIRI ET LA FONDATION HÉRITIÈRE

#PARCE QUE LE SIÈGE DE LA FONDATION EST À ISOLA DEL LIRI.

UN PEU D'HISTOIRE

Isola del Liri est une charmante ville du Latium qui tire son nom de la configuration particulière de son centre urbain enserré entre deux bras de la rivière Liri. L’industrie du papier et de la laine est une tradition dans son histoire, mais le nom d’Isola del Liri est aujourd’hui connu pour une autre raison. Les lecteurs du monde entier se procurent les volumes de l’Œuvre de Maria Valtorta, traduits en plus de trente langues, dont les éditions portent le nom de la maison d’édition italienne, basée à Isola del Liri, qui les publie elle-même ou permet à d’autres de les publier. Il semble donc utile de retracer au moins les lignes essentielles de cette autre histoire, qui s’inscrit dans une tradition « insulaire ». En effet, si l’on veut comprendre le présent et préparer l’avenir de l’entreprise de Valtorta, on ne peut se passer de connaître son passé.

Au cours de la première décennie du XXe siècle, une imprimerie a été créée à Isola del Liri à l’initiative d’Arturo Macioce, qui, après quelques années, a accueilli comme associé le jeune beau-frère de sa femme, Michele Pisani. La « Società Tipografica A. La société « Macioce & Pisani », paraphée STAMP, se distinguait par la précision de son impression et de son conditionnement des livres, commandés principalement par des institutions catholiques romaines. En 1946, Macioce, qui avait quinze ans de plus que son beau-frère, son associé, se retire et dissout la société, dont l’activité se poursuit avec une entreprise individuelle appelée « Tipografia Editrice M. Pisani », qui reprend l’impression de livres pour le compte d’éditeurs pontificaux, de curies générales d’ordres religieux, d’instituts culturels catholiques et d’associations catholiques.

En 1952, Maria Valtorta lui confia la publication de son œuvre, qui fut prise en charge par Emilio Pisani, le fils de Michele, jusqu’à la création en 1985 du « Centro Editoriale Valtortiano » (CEV) avec son épouse Claudia Vecchiarelli.

UNE PARTICULARITÉ

Plus unique que rare est une maison d’édition qui publie et diffuse les œuvres d’un seul auteur, en s’occupant également des traductions et en étendant sa production uniquement aux publications traitant de la personne et des œuvres de l’auteur unique. La maison d’édition elle-même devient encore plus anormale si, à un moment donné, elle est identifiée à la personne de cet auteur, combinant les droits et devoirs d’un éditeur avec les droits et devoirs d’un auteur. Le CEV s’est trouvé dans cette situation lorsque la totalité de l’héritage des héritiers de Maria Valtorta lui est parvenue, en partie par achat (la maison Valtorta à Viareggio) et en partie par testament (les manuscrits avec les droits annexés et tout le reste de la succession).

Maria Valtorta aurait dû et voulu se confier entièrement à l’Ordre des Serviteurs de Marie, fondé au XIIIe siècle à Florence par sept saints ermites et actif dans le monde avec ses formes ministérielles. Au

contraire, l’Ordre n’a pas accepté le don le plus précieux, celui de l’Œuvre, dont les droits attachés, propres à l’auteur et à ses héritiers, ne compensent pas la gravité des devoirs. Pour faire publier l’Œuvre, après la défection de l’Ordre religieux, Valtorta s’est appuyée sur nous en tant qu’éditeurs et, en tant qu’auteur, elle a élu dans son testament comme héritière de réserve Marta Diciotti, son assistante et confidente à vie, sur la fidélité de laquelle elle pouvait compter.

Marta Diciotti hérite donc des manuscrits, avec les droits annexés, et de tout ce qui avait appartenu à Maria Valtorta, à l’exception de la maison de Viareggio, dont elle s’était réservé l’usufruit à vie. En effet, l’Ordre avait hérité, toujours par testament, de la nue-propriété de la maison.

En 1998, alors que Marta Diciotti était encore en vie et qu’elle s’était retirée dans une maison de retraite pour personnes âgées depuis environ un an, l’Ordre des Serviteurs de Marie a vendu la maison de Viareggio au Centro Editoriale Valtortiano, qui a ensuite, à ses frais et avec la contribution volontaire des lecteurs valtortiens, restauré la maison de l’humidité saline jusqu’aux fondations, l’a transformée en maison-musée et l’a rouverte aux visiteurs.

De son côté, Marta Diciotti avait depuis longtemps fait un testament en faveur du Centro Editoriale Valtortiano qui, à sa mort en 2001, est devenu propriétaire des manuscrits et de tout ce qui complétait la succession de Maria Valtorta.

Plus unique que rare est une maison d’édition qui publie et diffuse les œuvres d’un seul auteur, en s’occupant également des traductions et en étendant sa production uniquement aux publications traitant de la personne et des œuvres de l’auteur unique. Plus anormale encore est la maison d’édition elle- même si, à un moment donné, elle occupe la place de cet auteur et se substitue à lui. C’est précisément dans cette position que le CEV s’est retrouvé lorsque l’ensemble du patrimoine des héritiers de Maria Valtorta lui est parvenu, en partie par testament et en partie par achat.

claudia-vecchiarelli-maria-valtorta

NÉ LE 19 JUILLET
LA FONDATION HÉRITIER

La Fondation qu’Emilio et Claudio ont créée, avec le CEV, rétablit la figure et les prérogatives de l’auteur, libérant le CEV, qui revient progressivement au rôle exclusif d’éditeur, et d’éditeur privilégié des écrits de Maria Valtorta. A la Fondation ont déjà été conférés, dans l’acte de constitution, la maison-musée de Viareggio et les manuscrits, avec les droits annexés, des œuvres publiées. La Fondation elle-même est habilitée à recevoir tout ce qui appartient encore au patrimoine de Valtorta, comme les manuscrits édités entre-temps, en particulier ceux de l’épistolaire, et d’autres encore inédits, ainsi que des documents, objets et souvenirs de toutes sortes, sans exclure ce qu’Emilio et Claudia ont eux-mêmes créé et mis au service de l’entreprise de Valtorta.

 

* * *

 

Le 10 février 2020, par un acte public, la « Fondazione Maria Valtorta Cev », souhaitée par le Centro Editoriale Valtortiano et présidée par Emilio Pisani, change de nom pour devenir la « Fondazione Erede di Maria Valtorta » et adapte son statut à la nouvelle législation, qui modifie la dénomination d’association sans but lucratif (organisation sans but lucratif d’utilité sociale) en ETS (organisation du troisième secteur) tout en conservant les mêmes prérogatives.

emilio-pisani-maria-valtorta